News Business....7J/7
Twitter
Facebook
Mobile
Newsletter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France, BNP Paribas passe au mobile first

Rédigé le 26 Janvier 2018 à 00:00 | Lu 83 fois

La banque a décidé d'intégrer tous ses services dans une seule application qui sera enrichie par un agrégateur, le scan scan, les transferts entre amis par SMS. Plus de 1,2 million de clients en France se connectent désormais aux interfaces en ligne uniquement via un smartphone.



Une agence entière dans sa poche, et même plus. C'est l'idée de l'initiative «mobile first» de BNP Paribas, lancée il y a deux ans, face à l'explosion des usages numériques, notamment sur les smartphones. La plus grande banque de la zone euro, qui compte 6,5 millions de clients particuliers en France, a vu le nombre de «visiteurs uniques» sur ses sites en ligne au moins une fois par mois en quintupliquer en quatre ans pour atteindre 3,2 millions. Entre novembre 2013 et novembre 2017, le nombre de clients consultant uniquement sur les téléphones mobiles a été multiplié par six, passant de 175 000 à 1,2 million. Et sur toutes les connexions, le mobile représente près des deux tiers des visites.

"Le client" mobile "vient plus souvent, 15 fois par mois en moyenne, contre 12 fois pour le client web et mobile et seulement 7 fois pour le" web uniquement "" détaillé Marc Campi, directeur marketing et numérique du retail banque en France chez BNP Paribas, ce jeudi lors d'une manifestation matinale avec la presse.

Afin de mieux satisfaire cette clientèle de plus en plus rivée à son smartphone, la banque au carré vert a pensé aux cours surtout sur mobile et "a pris la décision fondamentale de mettre toutes les fonctionnalités au sein d'une même application, quelle vocation offrir services: plus il y a de trafic, plus nous pouvons afficher nos produits », explique-t-il.

Vérifier scan, transfert entre amis par SMS

L'interface et la navigation de l'application, appelée My Accounts, ont été entièrement refondues, de même pour l'application de son offre de services bancaires mobiles Hello Bank (320 000 clients en France), qui a servi de laboratoire d'innovations: elles seront enrichies durant l'année fonctionnalités qui existaient grâce à des applications spécifiques dont la présence n'a pas décollé.

Par exemple, le transfert d'une personne à l'autre (entre amis, famille, etc.) par SMS sera ajouté avant l'été et l'application dédiée My Transfers sera arrêtée.

"Nous pensons que cela va énormément stimuler l'utilisation du paiement peer-to-peer: il suffira d'entrer le numéro de mobile, français, grâce à un fichier central géré par la Stet [société en charge de la compensation interbancaire et du règlement des paiements , détenue par six grandes banques françaises », a déclaré Marc Campi.

Une autre fonctionnalité qui sera intégrée sous peu à l'application: le scan scan, en prenant une photo avec son smartphone, pour ne plus avoir à déménager l'agence. Le Crédit Agricole l'a lancé dans deux banques régionales, la Caisse d'Epargne l'a testé en 2014 en Rhône-Alpes. La fonction est revendiquée par les clients, même s'il est toujours nécessaire d'envoyer le chèque par courrier, comme le règlement l'exige. Cela réduit également les coûts de traitement pour la banque.

Le paiement mobile sans contact a été intégré dans l'application, via le service Paylib, développé par les banques françaises, compatible uniquement avec les smartphones Android. Quant à Apple Pay, iPhone, "c'est en cours, ça viendra, probablement en 2018 ou 2019" a répondu Marc Campi.

Mise à niveau des banques les plus numériques

BNP mettra également son application au niveau des néo-motards ou de ses concurrents les plus avancés sur le numérique, en proposant un agrégateur de comptes, développé avec le démarrage de Fintech Budget Insight, et des outils de gestion des finances personnelles (schémas de classification des dépenses par Catégorie). D'ici la fin de l'année, il y aura aussi un outil de prévision d'équilibre, conçu avec un algorithme développé en interne pour les particuliers et la version corporative, qui paiera probablement.

Depuis plusieurs mois, certains de ses concurrents proposent un agrégateur: par exemple, celui de Fintech Linxo a déjà été intégré dans l'application de BforBank (groupe Crédit Agricole), Fortunéo (Crédit Mutuel Arkéa) et HSBC France. Les Caisses d'Epargne ont lancé Banxo, développé en interne, et Société Générale a intégré Fiduceo (acquis par sa filiale Boursorama).

Cet outil qui permet de visualiser l'ensemble de ses comptes, même ceux détenus dans d'autres banques, devient incontournable au moment où la nouvelle directive européenne sur les paiements (DSP2), entrée en vigueur le 13 janvier, facilite l'accès des tiers aux données clients (avec l'accord de ce dernier).


L'application My Accounts de la BNP disposera également d'un outil de gestion de la carte (blocage de son utilisation sur Internet, à l'étranger ...) tel qu'il existe déjà dans de nombreuses institutions, de Orange Bank à ING, en passant par Gen Soc et Crédit Agricole ( mais dans une application séparée, Ma carte). Il y aura aussi un chatbot servant uniquement à répondre aux demandes urgentes concernant les cartes bancaires (vol, perte, etc.).

(avec latribune.fr)

Notez
Rédigé le 26 Janvier 2018 à 00:00 | Lu 83 fois




Dans la même rubrique :
< >

France - Politique | France - Economie | France - Culture | France - Société | France - Innovation | France - Entreprise | France - Finance | France - Immobilier | France - Transport | France - Education | France - Faits Divers | France - Industrie | France - Sport | France - Automobile | France - Scandale | France - Sondage | France - Le Ras Le Bol